Telegram publie enfin le code de sa Blockchain d’une valeur de 1,7 milliard de dollars

0
79

Le projet de blockchain de Telegram, TON, est entré dans la dernière étape de préparation avant sa mise en production.

Lire aussi : Blockchain : Les fabricants japonais optent pour le partage de données

telegram clockchainLe code permettant d’exécuter un nœud de Blockchain a été publié vendredi sur le portail du réseau de test. Désormais, les développeurs et les membres de la communauté intéressés par la Blockchain du fournisseur d’applications de messagerie peuvent commencer tester l’execution d’un nœud complet, d’un nœud de validation et utiliser l’explorateur de la chaîne de blocs.

La publication avait déjà été programmée pour le 1er septembre, selon des sources proches des progrès du projet, mais a été retardée de quelques jours pour des raisons peu claires.

Selon Mitja Goroshevsky, CTO de TON Labs, qui travaille sur des outils pour les développeurs, il existe actuellement 100 nœuds gérés par Telegram eux-même sur le réseau de test. Plusieurs autres sont entretenus par sa startup, sous la houlette des investisseurs dans la vente de « jetons » de Telegram, qui a permis de lever 1,7 milliard de dollars au début de 2018.

« Le code source d’un nœud complet permettant d’accéder à testnet, créer et valider des blocs a été publié. Le client Lite a été publié il y a plusieurs mois. TON Labs publiera lundi la version bêta publique de sa suite d’outils de développement » a déclaré Goroshevsky à la presse.

Le lancement principal pour le réseau ouvert Telegram devrait avoir lieu au plus tard le 31 octobre.

La blockchain de Telegram est conçue comme un protocole de preuve de participation prenant en charge plusieurs « shardchains ». Les validateurs, choisis parmi les utilisateurs qui mettent en jeu des quantités considérables de jetons, confirmeront les blocs.

La blockchain de TON sera compatible avec les logiciels basés sur ethereum, selon TON Labs.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here