Libra, la crypto-monnaie de Facebook pourrait ne jamais être lancée

0
131

Facebook à validé l’information comme quoi Libra, sa future crypto-monnaie, pourrait ne jamais voir le jour, après la divulgation des informations venant de la SEC, organisme de regulation Américaine.

Lire aussi : Ministre allemand des finances: Facebook ne devrait pas être autorisé à rivaliser avec l’euro

En effet, ce que beaucoup ont dit, à savoir que les problèmes de réglementation peuvent constituer un obstacle insurmontable au lancement de son projet mondial de crypto-monnaie Libra, a été reconnu par le géant Facebook.

Dans son dernier rapport trimestriel à la Securities and Exchange Commission (SEC) des États-Unis, la société a déclaré que les nombreux obstacles auxquels elle sera confrontée en ce qui concerne la réglementation d’une nouvelle technologie dont les règles ne sont pas claires aux États-Unis et dans d’autres pays du monde, signifient « qu’il ne peut être garanti que Libra ou nos produits et services associés seront disponibles en temps opportun, ni qu’ils ne verront tout simplement le jour… ».

«Notre participation à Libra Association nous soumettra à un examen minutieux de la réglementation et à d’autres risques susceptibles de nuire à notre activité, à notre réputation ou à nos résultats financiers», déclare Facebook.

De plus, Libra est «basée sur une technologie relativement nouvelle et non éprouvée» et les lois et règlements relatifs à la monnaie numérique sont «incertains et en évolution».

«La crypto-monnaie de Facebook a été soumise à un contrôle approfondi de la part des gouvernements et des régulateurs de plusieurs juridictions et nous nous attendons à ce que ce contrôle continue», indique le rapport de la SEC.

Comme le dit la firme, le projet Libra – qui pourrait potentiellement amener l’adoption de la crypto à des milliards d’utilisateurs de Facebook – a provoqué un tollé dans les milieux de la réglementation.

Les banques centrales, les ministres du gouvernement et les chefs d’équipe de surveillance se sont tous dressés afin d’exiger davantage d’informations sur le projet, craignant qu’il ne constitue une menace pour la monnaie de la banque centrale et la stabilité financière, et qu’il ne constitue une voie mondiale pour le blanchiment de capitaux et la fraude.

Les pays du G7 ont formé un groupe de travail chargé d’examiner les questions entourant les crypto-monnaies, en mettant l’accent sur le Libra de Facebook. Elle a conclu au début du mois de juillet qu’une réglementation de « la plus haute qualité » serait nécessaire pour régir le projet.

Certains, y compris le président de la commission des services financiers de la Chambre des représentants, ont même demandé que le projet soit arrêté en attendant que ces préoccupations soient prises en compte.

Facebook dit en outre dans son rapport :

« Ces lois et règlements, ainsi que toute demande de renseignements ou enquête connexe, peuvent retarder ou entraver le lancement de la monnaie Libra ainsi que le développement de nos produits et services, augmenter nos coûts d’exploitation, exiger beaucoup de temps et d’attention de la part de la direction, ou nuire à notre entreprise. »

Les doutes de l’entreprise quant à la viabilité de son projet ne sont pas non plus uniquement liés à la réglementation. Elle a cité l’incertitude de l’essor de Libra en tant que produit populaire comme un autre facteur potentiellement confondant, ainsi que son propre manque « d’expérience antérieure significative avec la monnaie numérique ou la technologie Blockchain ».

Cela pourrait « nuire à notre capacité de développer et de commercialiser avec succès ces produits et services ».

Facebook semble aussi s’inquiéter de l’ampleur des dégâts qu’il fait sur ce projet potentiel d’éléphant blanc. Il termine sa declaration en disant :

« Nous devrons également engager des coûts accrus en raison de notre participation à la Libra Association et du développement et de la commercialisation des produits et services connexes, et nos investissements pourraient ne pas être fructueux. L’un ou l’autre de ces événements pourrait avoir une incidence défavorable sur nos activités, notre réputation ou nos résultats financiers. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here