La regulation israélienne accélère le traitement de 2 000 demandes de licence Fintech

0
291

Le régulateur israélien de la Fintech est en train de réorganiser son régime de licences pour encourager la concurrence sur le terrain.

Advertisement

Lire aussi : Régulation indienne sur les crypto en septembre : c’est officiel!

L’Autorité israélienne des marchés financiers cherche à changer la manière dont les licences de technologie financière sont distribuées en Israël, selon une annonce publiée lundi par le quotidien israélien Calcalist . Quelque 2 000 entreprises de fintech et de crypto-monnaie cherchent actuellement des licences auprès de l’autorité de réglementation de l’État. En raison de la surabondance, l’Autorité met en place une procédure accélérée d’octroi de licences.

Pour Calacalist, le programme de traitement accéléré consiste à créer de petites équipes d’autorités spécifiques à l’industrie et chargées d’examiner les demandes.

«L’innovation commerciale et technologique ainsi que la relation avec l’industrie sont les principes de base qui guident l’Autorité dans ses activités», a déclaré le chef de l’Autorité, M. Moshe Barkat. «L’Autorité s’engage régulièrement dans l’octroi de licences et la réglementation aux sociétés de technologie financière, notamment les compagnies d’assurance numériques, les plates-formes P2P et les fournisseurs de crédit, les portefeuilles numériques, les entreprises de technologie financière basées sur la Blockchain et d’autres fournisseurs de services de paiement.»

L’Autorité revoit également ses normes actuelles en matière d’assurance fintech.

Cette initiative de l’Autorité s’inscrit dans le cadre des efforts plus importants déployés par le ministère des Finances israélien pour promouvoir l’innovation financière. Le régulateur a récemment rejoint le réseau Global Financial Innovation Network (GFIN), a déclaré Calcalist. La Banque mondiale et le Fonds monétaire internationale (FMI) en sont également membres.

Les efforts du ministère des finances en matière de fintech et de blockchain sont contredits par la réglementation bancaire du pays. Au début du mois d’août, les conversations entre la presse et les responsables de la blockchain et des crypto-devises israéliens ont révélé un sentiment largement opposé au sentiment anti-crypto dans le secteur bancaire. Tous les traders de crypto-monnaie et la plupart des entreprises de technologie financière traitant des crypto-monnaies doivent en effet actuellement rechercher des solutions bancaires en dehors d’Israël.