Alibaba nie le « partenariat » avec Lolli, soulignant les pièges de l’industrie de la crypto

0
97

Lundi, la presse annoncait que l’application de shopping Lolli offrait des récompenses en bitcoins aux acheteurs américains d’Alibaba pour la journée des célibataires.

Lire aussi : Les emplois dans la crypto et la blockchain ont augmenté de 26% depuis 2018

Les représentants du groupe Alibaba ont depuis nié le « partenariat » présenté par le directeur général de Lolli, Alex Adelman. L’incident a révélé une rumeur infondée dans l’industrie blockchain.

«L’un des entrepreneurs d’Alibaba.com a embauché un sous-traitant qui a sponsorisé un programme de marketing d’affiliation avec Lolli. Cela a été fait à l’insu d’Alibaba.com »

«L’un des entrepreneurs d’Alibaba.com a embauché un sous-traitant qui a sponsorisé un programme de marketing d’affiliation avec Lolli. Cela a été fait à l’insu d’Alibaba.com », a déclaré un porte-parole d’Alibaba à la presse. La société a dailleurs anoncé avoir licensié l’auteur de cette bévue et rompu tout accord fait a son insu. En conséquence, Lolli ne devrait plus promouvoir ni générer de trafic sur Alibaba.com.

Il a ajouté que Lolli « n’a jamais eu le droit de revendiquer un partenariat avec Alibaba.com ou d’en impliquer un avec le groupe Alibaba. »

En réponse, Adelman a déclaré: « Il doit y avoir une intégration (et donc une colaboration, ndlr.) pour que nous puissions envoyer des ventes sur le site de quelqu’un. »

Aussi gonflée que fût la promotion de cette campagne du Jour des célibataires, l’équipe d’Adelman n’était pas complètement à l’écart. Les accords contractuels ont ​​semblé autoriser l’utilisation de «mots clés liés à Alibaba» dans des documents en ligne. La start-up traitait déjà les récompenses en bitcoins pour les acheteurs AliExpress depuis mai 2019.

Selon le responsable des communications de Lolli, Aubrey Strobel, Alibaba.com a lui-même testé les services de Lolli pendant 24 heures au cours de la campagne de la fête des célibataires, puis désactivé « le partenariat » après que la publicité eut attiré l’attention sur le procès.

La couverture ultérieure de l’annonce a déformé la transaction en tant qu’Alibaba acceptant le bitcoin directement. Comme l’a signalé la presse vendredi, les régulateurs chinois semblent se préparer à une nouvelle répression des services liés aux échanges de crypto-devises.

« Il semble qu’il y ait eu un problème de communication de la part d’Alibaba et bien que ce soit malheureux, nous attendons avec impatience la possibilité de travailler à nouveau avec Alibaba.com », a déclaré Strobel dans un communiqué. « Dans l’intervalle, AliExpress du groupe Alibaba est toujours en direct sur Lolli. »

Faux pas

Dans l’état actuel des choses, la cause fondamentale de cette mesentente n’est pas claire.

Les sociétés de la Blockchain prétendent souvent avoir des «partenariats» avec des marques lorsqu’elles ont réellement un contrat d’affiliation indirecte ou travaillent simplement sur une preuve de concept. D’autre part, certains documents avec des représentants des deux parties avaient déjà été finalisés et les paiements aux acheteurs ont été traités avant l’annonce désormais controversée.

Cela souligne également le défi de définir ce que signifie réellement un «partenariat» à l’intersection du commerce électronique et de la crypto.

Selon le porte-parole d’Alibaba, ce que l’équipe Lolli considérait comme une extension de la relation client existante lors d’une campagne traditionnelle de la marque phare, le groupe Alibaba, était considéré comme un accord privé et «transactionnel» négocié par des tiers. Du point de vue d’Alibaba, ce n’était pas un partenariat officiel.

Le porte-parole a affirmé qu’il n’y avait pas de contact direct entre Lolli et le groupe Alibaba, malgré les récompenses AliExpress traitées. Le porte-parole a ajouté qu’Alibaba Group ne travaillait avec aucune société liée au bitcoin.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here