Une transaction Bitcoin… une semaine d’électricité

0
333
electricity

L’envolée des prix de Bitcoin a fait grimper sa consommation d’électricité.

Le prix incroyable de Bitcoin à plus de 7 000 $ cette année a fait grimper en flèche sa consommation d’électricité, alors que les gens du monde entier apportent en ligne des ordinateurs plus gourmands en énergie pour extraire la monnaie numérique.

Un indice de l’analyste de crypto-monnaie Alex de Vries, alias Digiconomist, estime qu’avec les prix actuels, il serait rentable pour les mineurs de Bitcoin de brûler plus de 24 térawattheures d’électricité par an pour rivaliser avec des énigmes cryptographiques de plus en plus complexes. « Miner » plus de Bitcoins. C’est à peu près autant que ce que le Nigeria, un pays de 186 millions d’habitants, utilise en un an.

Quelques calculs rapides…

Cela équivaut en moyenne à 215 kilowattheures (KWh) de jus utilisés par les mineurs pour chaque transaction Bitcoin (il y a actuellement environ 300 000 transactions par jour). Comme le ménage moyen américain consomme 901 KWh par mois, chaque transfert de Bitcoin représente assez d’énergie pour faire fonctionner une maison confortable, et tout ce qu’il contient, pendant près d’une semaine. À plus grande échelle, l’indice de « De Vries » montre que les mineurs de Bitcoin dans le monde pourraient utiliser suffisamment d’électricité pour alimenter à tout moment environ 2,26 millions de foyers américains.

Exprimer l’utilisation d’énergie du Bitcoin en la refferant au nombre de transaction sur cette monnaie est judicieux. Le Bitcoin utilise x énergie au total, et cette énergie vérifie / sécurise environ 300 000 transactions par jour. Donc, cette mesure montre la valeur que nous obtenons pour toute cette électricité, puisque la transaction vérifiée (et notre confiance en elle) est finalement le produit final.

Cela vaut la peine de nous poser des questions difficiles sur l’empreinte environnementale du Bitcoin

Depuis 2015, la consommation d’électricité du Bitcoin est très élevée par rapport aux méthodes de paiement numériques conventionnelles. C’est parce que le prix en dollars du Bitcoin est directement proportionnel à la quantité d’électricité qui peut être utilisée de manière rentable pour l’exploiter. Comme le prix augmente, les mineurs ajoutent plus de puissance de calcul pour chasser les nouveaux Bitcoins et les frais de transaction.

Les Répercutions?

Il est impossible de savoir exactement combien d’électricité le réseau Bitcoin utilise. Mais nous pouvons faire un calcul rapide de l’énergie minimale que le Bitcoin pourrait utiliser, en supposant que tous les mineurs utilisent le matériel le plus efficace sans pertes d’efficacité dues à la chaleur perdue. Pour ce faire, nous allons utiliser une méthodologie simple exposée dans un autre article. Cela nous donnerait un tirage minier total constant d’un peu plus d’un gigawatt.

Cela signifie que, au minimum, l’exploitation minière Bitcoin dans le monde pourrait alimenter les besoins quotidiens de 821 940 foyers américains moyens.

En d’autres termes, l’exploitation minière Bitcoin représente un minimum de 77KWh d’énergie consommée par transaction Bitcoin. Même en tant que limite inférieure volontairement sous-évaluée, ce chiffre est élevé: comme l’écrivait Teunis Brosens, économiste senior de la banque néerlandaise ING, cela suffit pour alimenter sa propre maison aux Pays-Bas pendant près de deux semaines.

 bitcoin usineL’estimation moins optimiste de Digiconomist pour les coûts d’énergie par transaction se situe maintenant autour de 215 KWh d’électricité. C’est plus que suffisant pour remplir deux batteries Tesla, faire fonctionner un réfrigérateur / congélateur efficace pendant une année complète, ou faire bouillir 1872 litres d’eau dans une bouilloire.

Il est important de se rappeler que le modèle « De Vries » n’est pas exact. Il fait des hypothèses sur les incitations économiques disponibles pour les mineurs à un niveau de prix donné, et présente une prévision prospective de l’endroit où la consommation d’électricité minière pourrait aller. Malgré cela, il est clair que même au niveau minimum de 77 KWh par transaction, nous avons un problème. À 215 KWh, nous avons un problème encore plus grand.

leblogducoin bitcoinCe problème concerne les émissions de carbone. De Vries a fourni quelques estimations en plongeant dans des données disponibles sur une mine Bitcoin alimentée au charbon en Mongolie. Il a conclu que cette mine est responsable à elle seule de 13 000 kg d’émissions de CO2 par bitcoin et de 24 000 à 40 000 kg de CO2 par heure.

Comme l’a noté l’utilisateur de Twitter Matthias Bartosik dans certaines estimations similaires, la voiture européenne moyenne émet 0.1181 kg de CO2 par kilomètre parcouru. Donc, pour chaque heure de fonctionnement de la mine mongole de Bitcoin, elle est responsable (au moins) de l’équivalent en CO2 de plus de 203 000 kilomètres parcourus en voiture.

Comme le prix du Bitcoin, il en va de même de sa consommation d’électricité, et donc de ses émissions globales de carbone. J’ai demandé à De Vries s’il était possible pour le Bitcoin d’échapper à ce problème.

«Blockchain est une technologie inefficace, car nous créons de la confiance en construisant un système basé sur la méfiance: si vous ne faites confiance qu’à vous-même et à un ensemble de règles (le logiciel), vous devez valider tout ce qui se passe contre ces règles. Ainsi est la vie d’un nœud de blockchain » a-t-il dit via un message direct.

Cela nous amenne au cœur de l’innovation du Bitcoin, et aussi à son compromis principal. Afin de mettre en place un système de paiement décentralisé fonctionnel et fiable, le Bitcoin impose aux participants des inefficacités très coûteuses, par exemple une consommation d’électricité vorace et une faible capacité de transaction. Les améliorations proposées, comme SegWit2x, promettent d’augmenter le nombre de transactions que le Bitcoin peut gérer au moins deux fois, et de réduire la congestion du réseau. Mais puisque le Bitcoin est des milliers de fois moins efficace par transaction qu’un réseau de cartes de crédit, il faudra des milliers de fois mieux.

Dans le contexte du changement climatique, des incendies de forêt et des ouragans qui battent tous les records, il vaut la peine de se poser des questions sur l’empreinte environnementale du Bitcoin et sur ce que nous voulons en faire. La plupart des transactions doivent-elles contourner des tiers de confiance comme les banques et les sociétés de cartes de crédit, qui peuvent fonctionner beaucoup plus efficacement que le réseau décentralisé de Bitcoin? Aussi imparfait que ces institutions financières sont, pour la plupart d’entre nous, la réponse est très probablement non.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here