La branche suisse de la banque arabe lance des services de crypto-monnaie

0
117

La branche suisse de l’une des principales institutions financières du Moyen-Orient lance une suite de services basés sur la crypto-monnaie.

Lire aussi: Un hôtel suisse 5 étoiles accepte les paiements en bitcoins

L’Arab Bank (branche Suisse) a annoncé jeudi qu’elle proposerait à ses clients une gamme de services comprenant la garde et le trading de bitcoins (BTC) et d’éther (ETH).

La banque basée dans le canton de Zoug en Suisse, parfois surnommée « Crypto Valley » – a déclaré que le lancement venait à la demande de « clients existants et egalement des nouveaux qui cherchaient à inclure des actifs numériques dans leurs portefeuilles ». Inclure des clients fortunés, tels que des « chefs d’entreprise et des entrepreneurs familiaux » est aussi un des objéctifs.

Serge Robin, PDG de l’Arab Bank en Suisse, a déclaré:

«Nous sommes convaincus que la blockchain transformera le secteur financier tel que nous le connaissons et nous avons l’intention de figurer parmi les premières banques à offrir des services d’actifs numériques à nos clients dans un environnement sécurisé et réglementé.»

Pour ses services de cryptographie, la banque a noué un partenariat avec le groupe Taurus (également basé en Suisse), spécialisé dans les actifs numériques, et utilisera la plate-forme wallet de la société. Taurus a également aidé la banque à élaborer des politiques et procédures opérationnelles pour les nouveaux services de cryptographie.

Soutenir des «acteurs innovants», comme l’Arab Bank en Suisse, qui développe une infrastructure destinée à soutenir les actifs numériques, «est une étape nécessaire pour garantir que la prochaine génération d’infrastructures de marché financier reposera sur la blockchain», a déclaré Lamine Brahimi, directeur adjoint du groupe Taurus.

Un certain nombre de banques suisses ont lancé des services pour les actifs crypto, notamment Julius Baer, UBS et Falcon Group .

Le PDG d’UBS a déjà défendu la technologie de la blockchain en affirmant que c’était «presque un must» pour les entreprises.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here