Japon: Les 5 nouvelles règles à respecter par les plateformes d’échange de Crytpo

0
197

Le régulateur financier japonais a imposé cinq nouveaux critères pour tous les échanges de crypto-monnaie opérant dans le pays. Ces règles s’appliquent aux opérateurs d’échange existants ainsi qu’aux nouveaux candidats à l’enregistrement de license. Des inspections sur place seront effectuées sur tous les échanges avant l’approbation.

Prévenir d’un Coincheck 2.0

Tous les échanges de crypto-monnaie au Japon doivent se conformer à cinq nouveaux critères.
L’Agence japonaise des services financiers (FSA) a établi de nouvelles règles pour l’enregistrement des échanges de crypto-monnaie, a rapporté le Nikkei dimanche. L’agence a pour objectif de promouvoir la conformité et de protéger les actifs des clients ainsi que de « prévenir un autre vol de monnaie numérique comme le scandale de Coincheck », a ajouté le média.

Coincheck, l’un des plus grands échanges de crypto au Japon, a été piraté en janvier et a perdu 58 milliards de yens (environ 531 millions de dollars) de crypto-monnaie, plus précisement de la monnaie NEM (sans jeu de mots). L’échange a depuis été acquis par une grande société de courtage en ligne, Monex Group.

Un responsable de la FSA a expliqué à Nikkei qu’en plus de la documentation, le processus d’enregistrement comprendrait désormais des visites préliminaires pour vérifier le fonctionnement des échanges. La publication a élaboré:

Les opérateurs d’échange qui s’inscrivent auprès du gouvernement devront désormais satisfaire à cinq critères généraux.

Les cinq critères

Le premier des cinq critères concerne la gestion du système. L’agence veillera à ce que les échanges « ne stockent pas de devises dans les ordinateurs connectés à Internet et devront définir plusieurs mots de passe pour les transferts de devises », à détaillé la publication.

Les mesures préventives de blanchiment d’argent constituent le deuxième critère. Les échanges « devront travailler plus dur pour prévenir le blanchiment d’argent, par des moyens tels que la vérification de l’identification des clients pour les transferts importants. »

La gestion des actifs des clients est la troisième règle qui devra être respectée. La FSA veut s’assurer qu’ils sont «soigneusement gérés séparément des actifs d’échange». Selon l’agence de presse, les opérateurs d’échange seront tenus de vérifier les soldes des comptes clients plusieurs fois par jour pour détecter tout signe de détournements et «avoir des règles en place protégeant empêchant les agents d’utiliser l’argent de leurs clients ou des monnaies virtuelles. « 

Il y aura également de nouvelles restrictions sur les types de crypto-monnaies listés sur les échanges. Plus précisément, a souligné la publication. « Ceux qui accordent un haut degré d’anonymat et facilement utilisés pour le blanchiment d’argent seront en règle générale interdits. « Des rumeurs ont été récemment rapporté selon lesquelles la FSA fait pression sur les échanges pour retirer des pièces privées telles que Monero »

Enfin, les procédures internes des échanges doivent être renforcées. Ils « devront séparer les actionnaires de la direction. Les rôles de développement du système seront également séparés des rôles de gestion des actifs pour empêcher les employés de manipuler le système pour leur propre bénéfice.

Le nouveau systeme en 5 points s’applique à tous les échanges

Les cinq critères constituent le «nouveau cadre en cinq points» de la FSA, permettant à l’agence d’effectuer une évaluation détaillée et d’identifier les risques potentiels à l’avance. Les nouvelles règles s’appliqueront aux bourses existantes ainsi qu’aux nouvelles qui entrent sur le marché. Ceux qui ne peuvent pas se conformer à ces cinq règles sont encouragés à quitter le navire.

Actuellement, il y a 16 bourses de crypto approuvées par le gouvernement qui fonctionnent au Japon. En outre, il y en a encore sept autres qui sont autorisés à fonctionner en vertu de la Loi sur le règlement des fonds révisée pendant que leurs demandes sont examinées par l’agence.

Selon Nikkei, la FSA devrait commencer à accepter de nouvelles demandes d’enregistrement pour les échanges au cours de l’été. L’agence a récemment révélé qu’il y a environ 100 entreprises intéressées à faire une demande d’enregistrement. Le média a élaboré:

La FSA examinera d’abord les documents soumis par les opérateurs demandant l’enregistrement du gouvernement. Il enverra ensuite des inspecteurs à ceux qui réussissent le contrôle initial pour examiner les opérations de leur système et vérifier le nombre d’employés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here