Banque du Japon: L’adoption de la crypto de la banque centrale signifierait une baisse de trésorerie

0
97

Un responsable de la Banque du Japon (BoJ) a exclu l’utilisation des monnaies numériques de la banque centrale, car cela pourrait obliger le pays à abandonner les espèces.

Lire aussi : Blockchain : Les fabricants japonais optent pour le partage de données

Selon un rapport de l’agence Reuters, Masayoshi Amamiya, gouverneur adjoint de la banque centrale japonaise, a laissé entrevoir vendredi l’idée que les banques centrales pourraient améliorer l’efficacité des politiques de taux d’intérêt négatifs en émettant leurs propres monnaies numériques (CBDC).

Le problème réside dans le fait que, si la Banque du Japon émettait un yen numérique et fixait un taux d’intérêt négatif, les particuliers et les entreprises seraient effectivement facturés pour la détention de la CBDC. En conséquence, a-t-il expliqué, les détenteurs laisseraient tomber la pièce numérique et détiendraient plutôt de l’argent.

Amamiya a conclu:

« Pour surmonter la limite inférieure du zéro nominal, les banques centrales devraient éliminer les liquidités. L’élimination des liquidités rendrait l’infrastructure de règlement incommodante pour le public, donc aucune banque centrale ne le ferait. »

En avril 2018, Amamiya avait également déclaré que la BoJ ne prévoyait pas de créer une CBDC directement pour les consommateurs, car cela pourrait saper le système à deux vitesses existant et affecter la stabilité financière.

Actuellement, les banques centrales ne donnent accès qu’à des entités limitées, telles que les banques privées, qui font directement face aux consommateurs dans un second niveau. Lancer une monnaie numérique soutenue par la banque centrale changerait le système sans se révéler financièrement stable, a-t-il déclaré.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here