L’Iran reconnaît officiellement l’exploitation minière de crypto-monnaie

0
261

Alors que les sanctions économiques commencent à se faire sentir, l’Iran se tourne désormais vers les crypto-monnaies pour atténuer les dégâts. Le troisième plus grand producteur de pétrole au monde cherche à suivre les traces du Venezuela, qui a émis une monnaie numérique adossée au pétrole appelée Petro. Mais l’Iran peut-il réussir là où le Venezuela est en chute libre?

L’Iran commencera à exploiter les crypto-monnaies dans les trois prochaine semaines

L’Iran a accepté de reconnaître officiellement l’exploitation minière des crypto-monnaies en tant qu’industrie et la Banque centrale d’Iran, qui surveille les opérations de change et la politique monétaire, élaborera un cadre politique pour le secteur dans les 18 prochains jours.

Le secrétaire du Conseil suprême du cyber-espace iranien, Abolhassan Firouzabadi, a déclaré à IBENA – une agence de presse spécialisée dans les banques et l’économie affiliée à la Banque centrale d’Iran – qu’un renforcement de l’utilisation des cryptomonnaies est envisagé en particulier à la suite de nouvelles sanctions américaines.

Selon IBENA, Firouzabadi a souligné que l’extraction de cryptomonnaies telles que le bitcoin avait «été acceptée comme une industrie au sein du gouvernement et de toutes les organisations apparentées», notamment le ministère des Communications et des Technologies de l’information, la Banque centrale et le Ministère de l’énergie et Ministère de l’économie et des finances.

« Mais la politique finale pour légiférer (la crypto-extraction) n’a pas encore été déclarée », a déclaré IBENA.

Les devises numériques pourraient-elles être utilisées contre les sanctions?

Washington, qui a récemment décidé de renoncer à l’accord sur le nucléaire signé par l’administration Obama, a imposé de nouvelles sanctions destinées à réduire les ventes de pétrole de l’Iran, le moteur de l’économie.

L’Iran est le troisième producteur mondial de pétrole au sein de l’OPEP après l’Arabie saoudite et l’Irak. Cependant, le pays du Moyen-Orient espère tirer parti des crypto-monnaies pour compenser le resserrement attendu des pétrodollars.

L’Iran ne sera pas le premier pays à essayer d’utiliser des crypto-monnaies pour réduire l’effet des sanctions économiques. En février, le Venezuela a publié une monnaie numérique appelée petro, qui serait soutenue par du pétrole. Mais le petro semble avoir des ennuis. Des articles récents dans les médias suggèrent que la monnaie n’a trouvé aucun preneur, et que la stabilité promise par l’appuis du petrole n’est au rendez-vous. Les États-Unis ont, de leur coté, réagi en interdisant à leurs citoyens d’investir dans le pétrole.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here