Japon : premier procès pour pertes suite au piratage informatique

0
199

Un jeune Japonais âgé de 18 ans a été envoyé devant les procureurs lors du tout premier procès dans le pays impliquant un cyber-vol de crypto-monnaie.

Lire aussi: Le Japon publie un projet de rapport sur la nouvelle réglementation relative à la crypto-monnaie

Selon un rapport publié vendredi par le Japan Times, le mineur non identifié de la ville d’Utsunomiya, dans la préfecture de Tochigi, aurait volé environ 15 millions de yens (134 340 dollars) en monnaie crypto-monétaire. Au Japon, vous êtes légalement considéré comme mineur jusqu’à l’âge de 20 ans.

Du 14 août au 1er septembre 2018, le jeune homme aurait piraté à plusieurs reprises le portefeuille de cryptomonnaie Monappy en exploitant une faille sur leur site Web, envoyant plusieurs demandes de transfert à lui-même et causant des pertes à environ 7 700 utilisateurs du service.

Il a ensuite transféré les crypto volés sur un compte appartenant à une autre plate-forme de crypto-monnaie sur laquelle il a échangé le monacoin contre une autre crypto-monnaie. Selon le rapport, les fonds volés ont été dépensés pour des articles de Hifi.

La police japonaise a déclaré que le jeune homme avait avoué les crimes, écrit le Times, citant ces propos:

« J’avais l’impression d’avoir trouvé un truc que personne ne sait et je l’ai fait comme si je jouais à un jeu vidéo. »

Le site Web de Monappy est hors ligne depuis les attaques, et indique actuellement que le «service a été suspendu en raison d’attaques externes».

En novembre, Monappy a publié une mise à jour sur son blog Medium, indiquant qu’elle avait «terminé la réparation des failles» et effectuait un «contrôle de sécurité final» avant de reprendre ses activités.

Au fil des ans, le Japon a perdu un milliard de dollars en raison de vols de crypto-monnaie, avec des brèches majeures telles que Coincheck (533 millions de dollars), Gox (350 millions de dollars) et Zaif (60 millions de dollars), entre autres.

Après l’effondrement de Gox, l’ancien président-directeur général Mark Karpeles a échappé aujourd’hui aux accusations de détournement de fonds et d’abus de confiance, mais a été reconnu coupable d’avoir manipulé des données échangées par le tribunal de district de Tokyo. Karpeles a été condamné à une peine de deux ans et demi avec sursis.

Tout l’enjeu de la viabilité de la crytpo-monnaie est de trouver l’équilibre entre le coté l’anonymat/liberation du système bancaire mais en se protegeant du coté obscure du web qu’est le Hacking…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here